7 minutes

Faut-il peser ses aliments ?

Astuce Fitness

Quand il s’agit de poids, c’est toujours l’angoisse : le sang se glace, le corps se fige et la petite goutte coule le long du dos. Car qui dit « poids » dit forcément « balance ». Alors que l’on se pose la question de savoir s’il faut peser de manière quotidienne, les médecins et autres diététiciens notamment sont tous unanimes : cela ne sert à rien et une fois par semaine suffit ! Et pour que cette opération soit concluante, mieux vaut le faire au saut du lit, à jeun après être allé aux w.c., tout en étant dans le plus simple appareil en utilisant toujours la même balance (avec des fonctionnalités poussées comme la teneur en eau, c’est mieux). Mais voilà, s’il s’agit là de conseils pour bien se peser, il en est tout autrement pour les aliments bien entendu ! Cette question sur le fait ou non de peser ses aliments était aussi l’occasion de faire un petit aparté sur la pesée. Alors en muscu lorsque l’on parle diététique, faut-il ou non peser ses aliments ? Poursuivez votre lecture pour le découvrir.

Peser les aliments – la notion de nutrition

Lorsque l’on fait de la musculation (ou toute autre activité physique d’ailleurs) dans l’optique de prendre du muscle, de développer sa force, de retrouver la forme ou tout simplement de perdre du poids voire de sécher, la nutrition est au cœur de chacun de ces objectifs. Et pour cause, si l’alimentation joue un rôle important sur la santé, il l’est d’autant plus important dans ces cas-là. Aucune constance, persévérance ni même un acharnement poussé à l’extrême ne permettront d’obtenir les résultats souhaités sans être combinés à la nutrition. « Nutrition » et « entraînement » sont indissociables l’un de l’autre. C’est comme vouloir développer ses deltoïdes en oiseau sans le bon matériel. Bref, parce que les entraînements (qu’ils soient intenses ou non) entraînent une dépense énergétique, il est important d’apporter à l’organisme les nutriments dont il a besoin pour se reconstruire dans de bonnes conditions. Exit donc également l’idée selon laquelle avoir une alimentation adaptée suffi.

Peser les aliments – les raisons de peser ses repas

Si pour chaque programme d’entraînement, il est recommandé de consommer tel ou tel aliment à tel ou tel repas de la journée, les manger de manière anarchique est contreproductif. Outre le fait de ne pas favoriser les bons résultats, cela engendre également des carences. Il est donc primordial, voire INDISPENSABLE, de suivre à la lettre le grammage de chaque aliment, de chaque recette ! C’est important pour contrôler avec précision les nutriments apportés à l’organisme. Bien entendu, les menus doivent être adaptés à l’objectif visé, mais aussi être fonction du sexe, de l’âge, de la condition physique tout comme des éventuelles allergies et intolérances. C’est pourquoi mieux vaut se faire coacher par un nutritionniste. Inutile de se lancer à l’aveugle, rien ne doit être dû au hasard même si l’on a une idée des quantités (même si à l’œil une poignée est la même, on peut au final consommer 90 grammes de riz un jour, 150 g un autre et 200 g le troisième sans s’en rendre compte). Peser ses aliments est donc essentiel pour ne pas cumuler d’écart avec les besoins de l’organisme avant / pendant et après l’entraînement. L’intérêt de peser ses aliments permet de se rapprocher de l’alimentation idéale dont le corps a besoin, ce n’est donc pas vain. Bien entendu, cela peut paraître très contraignant, mais se rendre à la salle ne l’était-il pas au début ?

pesé aliment

Peser les aliments – la mise en œuvre

Bien que cela puisse paraisse très strict, peser ses aliments est une démarche cruciale, à plus forte raison si l’on est coaché. Bien entendu, si certaines familles d’aliments doivent être scrupuleusement pesées, ce n’est pas le cas pour d’autres. Pour éviter une prise de graisse inutile, une stagnation musculaire ou une perte d’énergie, il convient de peser rigoureusement les féculents, les légumineuses aussi. Tout comme pour les lipides où la pesée se fait au milligramme près pour ne pas affecter la progression. Pour les protéines, inutile de les peser, car ces derniers sont souvent achetés à la coupe, en barquette ou emballés.

Dans le premier cas, il suffit de demander des morceaux équivalents avec le bon grammage et dans les autres cas, de regarder le poids inscrit sur l’emballage. Pour finir, pour les légumes verts, ces derniers peuvent être consommés à volonté (sauf pour les objectifs de sèche !) et certains ont même des propriétés étonnantes à l’image du chou vert qui apporte la sensation de satiété, l’avocat qui aide à brûler les graisses abdominales, le poivron vert qui est source de vitamine C, le chou frisé qui est riche en vitamines, la courgette en minéraux ou encore le citron vert qui apporte une touche agréable à un assaisonnement. Pour les légumes contenant des glucides, mieux vaut les peser. Pour finir, pour la famille des fruits, riches en sucre, à moins d’en manger des kilos, les peser n’est pas nécessaire. Attention toutefois à certains fruits comme la banane qui sont très caloriques.

Peser les aliments – les petits plus qui font tout

Si peser ses aliments à tous les repas est fastidieux et demande de prendre un peu de temps, à moins d’avoir un objectif de compétition il est inutile de le faire à vie. Et pour cause, cette pesée ne dure que le temps d’atteindre l’objectif. Bien entendu, une fois atteint, il convient d’avoir une alimentation saine, équilibrée, variée et adaptée à ses besoins, sa condition (sans quoi il faut tout recommencer). Bref, pour que la pesée soit la moins chronophage possible, rien de tel que quelques astuces.

La première des choses est de toujours avoir à portée de main une petite balance (bien entendu, difficile de sortir sa balance au restaurant, pour autant, il est possible de privilégier un repas le moins calorique à base de poisson blanc, de légumes par exemple). Ensuite, pour gagner du temps, rien de tel que de préparer les repas en avance. Un week-end de repos, une journée pluvieuse, autant en profiter pour cuisiner pour toute la semaine, préparer à l’avance des portions individuelles dans des contenants hermétiques en verre.

Autre astuce, de retour des courses, autant en profiter pour préparer les menus pour quelques jours et profiter de cette corvée pour alléger la mission « préparation de repas » pour les jours qui suivent. Sinon il est toujours possible de se mettre aux fourneaux tout en regardant sa série, son film préféré (le temps passe alors plus vite et rend la tâche plus agréable).

En conclusion

Quand l’heure est venue d’atteindre un objectif physique, le fait de peser ses aliments est l’un des piliers qu’il faut maîtriser pour l’atteindre. Tour à tour carburant, moteur du développement musculaire notamment, c’est indispensable pour progresser. Bien entendu, la consommation de sodas et d’alcool ne fait pas bon ménage quand il s’agit de progresser, de soutenir l’effort (voir article « Alcool et sport font-ils bon ménage ? »). Voilà, il ne reste plus qu’à acheter une balance alimentaire.

Cela pourrait vous intéresser ...